top of page

Immeuble de logement collectif


1 - Construction neuve


A - Résidence Ekko à Baillargues



a - Existant


La parcelle est située dans un quartier de résidence en périphérie urbaine.

Elle est cernée par des propriétés de logements et bordée au nord par une voie véhiculaire publique.

La propriété est accessible aux véhicules et piétons depuis la chaussée.

Le terrain présente une forme quasi-trapézoïdale et sa topographie a une déclivité générale quasi-nulle.

Des constructions de logements individuels occupent le site.

Des clôtures maçonnées délimitent la parcelle.


b - Projet


Le projet prévoit la construction d'un immeuble de logements collectifs qui ne présente pas de mitoyenneté.

L'édifice est implanté au centre de la propriété et présente une géométrie polygonale en frome de "U retourné".

Un jardin commun avec cheminements piétons est entouré par les bâtiments et côtoie un autre parc de stationnement aérien couvert par les bâtiments au sud.


L'immeuble est principalement composée de 4 bâtiments à toitures-terrasses sur un sous-sol commun incluant un parc de stationnement, dont :


* Les bâtiments A et D implantés au sud, en rez-de-chaussée et 3 étages, incluant chacun une cage d'escalier et un ascenseur.

* Les bâtiments B et C implantés au nord en rez-de-chaussée et 1 étage, incluant chacun une cage d'escalier.


La plage-terrasse est semi-couverte par la toiture-terrasse du rez-de-jardin prolongée en auvent.

Une rampe implantée au sud-ouest de la propriété permet aux véhicules d'accéder au sous-sol depuis la chaussée.

Les structures et leurs revêtements seront majoritairement constitués des technologies constructives suivantes (à confirmer par l'architecte et le bureau d'étude thermique).

Parois horizontales hautes :


* Dalles pleines en béton armé coffrées et bétonnées sur site, ou à éléments préfabriqués composés de prédalles fabriquées sur site ou en usine et à éléments exécutés sur site composés de dalles en béton armé bétonnées par dessus, à chaînages périphériques et chevêtres de trémie en béton armé noyés dans l'épaisseur des planchers, supportant une couche d'isolation thermique revêtue d'une membrane d’étanchéité bitumineuse protégée d'une couche de gravillons en toitures et en intérieur un revêtement en carrelage scellé sur chape et des cloisons en plaques de plâtre cartonnées sur ossature, et suspendant des plaques de plâtre cartonnées revêtues de peinture en plafonds.


Circulations verticales :


* Escaliers à volées hélicoïdales, balancées et droites avec paillasse et marches en béton armé préfabriquées en usine.


Parois horizontales basses de sous-sol :


* Dallage en béton armé bétonné sur graves non traitées compactées, laissées nues.


Eléments horizontaux :


* Acrotères en maçonnerie armée de blocs de béton aggloméré ou de briques de terre cuite à bancher de béton sur site.

* Poutres en béton armé coffrées et bétonnées sur site, ou semi-préfabriquées sur site, ou en béton précontraint standardisées semi-préfabriquées en usine, retombées sous, retroussées sur, ou noyées dans l'épaisseur des planchers.


Eléments verticaux :


* Poteaux en béton armé coffrés et bétonnés sur site, ou intégrés dans des "boisseaux" de maçonnerie.


Parois verticales de façades :


* Murs en maçonnerie de blocs de béton aggloméré creux ou de blocs de briques de terre cuite creuses, hourdés au mortier courant de ciment gâché sur site ou prédosé en usine, à chaînages verticaux d'angles et intermédiaires en béton armé intégrés aux blocs.

* Linteaux en béton armé intégrés dans des blocs de maçonnerie à section en "U", ou coffrés sur site et/ou semi-préfabriqués.

* Chaînages horizontaux en béton armé intégrés dans des blocs de maçonnerie à section en "U" en arase, recevant un enduit en mortier de chaux-ciment en face extérieure de façades et des plaques de plâtre cartonnées sur ossature aluminium intégrant une isolation en laine de roche ou de verre en doublage intérieur de façades.


Parois verticales de refends et enterrées :


* Voiles en béton armés coffrés et bétonnés sur site, ou à peaux extérieures armées et assemblées en usine à bancher de béton sur site, à chaînages verticaux d'angles et intermédiaires, recevant un enduit en mortier de chaux-ciment en face extérieure de façades et un enduit d'imperméabilisation bitumineux protégé d'une nappe drainante en polyéthylène en face enterrée.


Fondations :


* Semelles filantes et isolées en béton armé sur "gros" béton non armé bétonnées en fouilles de terrassement.



B - Résidence Sociale à Montagnac


a - Existant


La parcelle est située dans un quartier de résidence en périphérie urbaine. Elle est cernée du nord au sud par des venelles piétonnes, et bordée d'est en ouest par des voies véhiculaires publiques. La propriété est accessible aux véhicules et piétons par une rampe implantée au sud-ouest contre la chaussée. Le terrain présente une forme quasi-rectangulaire et sa topographie a une déclivité générale très faible vers l'ouest. 2 bâtiments occupent le nord-est du site et un terrain vague à emprise en "L" occupe le sud-ouest de la propriété. Des clôtures à haies délimitent la parcelle.


b - Projet


Le programme prévoit les travaux suivants :


* Construction de 3 immeubles de logements collectifs implantés au sud-ouest de la propriété et qui présentent pas de mitoyenneté.

* Réhabilitation des bâtiments existants en de logements collectifs.

* Création de 2 parcs de stationnement aériens situés au nord-est et au sud-ouest de la propriété.

* Aménagement extérieurs d'accès piétons avec cheminements, escaliers et espaces verts.

Les 2 immeubles créés implantés au sud-est et au sud-ouest (bâtiments 4 et 5) sont principalement composés de volumes à emprises polygonales avec 3 niveaux en R-1 (sous-sols), R+0 (rez-de-chaussée) et R+1 (étage) sous toitures bipentes et toitures-terrasses inaccessibles incluant un parc de stationnement en infrastructure et les logements en superstructure articulés autour d'une cage d'escalier centrale extérieure.

L'immeuble créé implanté au centre-est (bâtiment 1) est principalement composé de volumes à emprises polygonales avec 2 niveaux en R+0 (rez-de-chaussée) et R+1 (étage) sous toitures bipentes et toitures-terrasses inaccessibles incluant les logements articulés autour de 3 cages d'escaliers dont une extérieure et 2 intérieures.

Les immeubles disposent de terrasses privatives et de jardins de plain-pied en façades est et ouest.

Les structures et revêtements des 3 bâtiments créés seront majoritairement constitués des technologies constructives suivantes (à confirmer par la maîtrise d'œuvre) :

Toitures en pente :


* Charpentes modernes en bois à fermettes industrielles recevant des couvertures en tuiles de terre cuite ou en bacs en acier, suspendant des plafonds intégrant une isolation thermique en plaques de plâtre cartonnées revêtues de peinture.


Parois horizontales hautes :


* Dalles pleines en béton armé coffrées et bétonnées sur site, ou à prédalles fabriquées en usine et dalles complémentaires bétonnées par dessus, à chaînages périphériques et chevêtres de trémies en béton armé noyés dans l'épaisseur des planchers, recevant en toitures-terrasses une couche d'isolation thermique revêtue d'une membrane d’étanchéité protégée par gravillons ou autoprotégée, en terrasses accessibles une membrane d'imperméabilisation recevant des plots supportant des dallettes, en intérieur un revêtement dur ou souple collé ou scellé sur chape et des cloisons en plaques de plâtre cartonnées sur ossature et suspendant éventuellement en plafonds intérieurs des plaques de plâtre cartonnées revêtues de peinture.


Parois horizontales sur terre-plein :


* Dallages en béton armé bétonnées sur couche de forme en graves compactées régalées sur géotextile anti-contaminant posé sur plateforme de terrassement.


Circulations verticales :


* Escaliers à volées balancées avec paillasse et marches en béton armé préfabriquées.


Eléments horizontaux :


* Acrotères, garde-corps, relevés en béton armé coffrés et bétonnés sur site.

* Poutres en béton armé coffrées et bétonnées sur site, ou semi-préfabriquées sur site, ou en béton précontraint standardisées semi-préfabriquées en usine retombées sous, retroussées sur, ou noyées dans l'épaisseur des planchers recevant sur leurs faces visibles le même revêtement que les parois verticales.


Eléments verticaux :


* Poteaux en béton armé coffrés et bétonnés sur site recevant le même revêtement que les parois verticales.


Parois verticales de façades :


* Murs en maçonnerie de blocs de briques de terre cuite creuses hourdés au mortier-colle de ciment adjuvanté prédosé en usine (à définir par étude thermique), à chaînages verticaux d'angles et intermédiaires en béton armé intégrés aux blocs.

* Linteaux en béton armé intégrés dans des blocs de maçonnerie à section en "U", ou coffrés sur site et/ou semi-préfabriqués, recevant en face extérieure un enduit en mortier de chaux-ciment ou un parement en pierre et en doublage intérieur des plaques de plâtre cartonnées sur ossature en aluminium intégrant une couche d'isolation thermique revêtues de peinture.


Parois verticales de refends :


* Murs en maçonnerie armée de blocs de béton aggloméré à bancher de béton sur site, à chaînages verticaux d'angles et intermédiaires

* Linteaux en béton armé intégrés dans des blocs de maçonnerie à section en "U", ou coffrés sur site et/ou semi-préfabriqués, recevant un enduit en mortier de ciment revêtu de peinture.


Parois verticales enterrées courantes :


* Murs en maçonnerie armée de blocs de béton aggloméré à bancher de béton sur site, à chaînages verticaux d'angles et intermédiaires recevant en face enterrée un enduit d'imperméabilisation bitumineux protégé d'une nappe drainante en polyéthylène avec un réseau périphérique de drain "routier" à tuyau en p.v.c. rigide perforé.


Paroi verticale de soutènement spéciale en limite de propriété est :


* Voiles en béton armé bétonnés sur site par projection et exécutés en passes alternées.

* Fondations profondes en micropieux forés armés de tubes en acier noyés dans un coulis de ciment injecté sous pression.


Fondations courantes :


* Superficielles en semelles filantes et isolées en béton armé sur "gros" béton non armé bétonnées en fouilles de terrassement.


C - Résidence Les roches à Agde


a - Existant


La parcelle est située dans un quartier de résidence. Elle est cernée d'est en ouest par des propriétés de logements collectifs, et bordée au nord et au sud par des voies véhiculaires publiques. La propriété est accessible aux véhicules et piétons par un portail implanté contre la chaussée. Le terrain présente une forme quasi-rectangulaire allongée du nord au sud, et sa topographie a une déclivité faible vers le nord. Des constructions occupent la moitié nord du site. Un parc arboré occupe le reste de la propriété. Des clôtures maçonnées surmontées de grillages délimitent la parcelle.


b - Projet


Le programme prévoit la construction suivante qui ne présentent pas de mitoyenneté :


* Un immeuble de logements collectifs implanté au centre de la propriété.

Un parc de stationnement occupe la moitié nord de la propriété, semi-couvert par l'immeuble.

Un jardin borde les limites de propriété est, sud et ouest autour du parking et du bâtiment.

Un emplacement pour les déchets ménagers est implanté au nord-ouest contre la chaussée.

L'immeuble est principalement composé de 2 volumes intérieurs articulés autour de 2 cages d'un escalier et d'un ascenseur :


* Un niveau en R+0 (rez-de-chaussée) qui occupe la moitié-sud de l'emprise du bâtiment

incluant 2 appartements T2 et un sas d'entrée commune,

* Un niveau en R+1 (1er étage) qui occupe la totalité de l'emprise

incluant 3 appartement T2, T3 et T4,

* Un niveau en R+2 (2ème étage) en attique sous toiture-terrasse inaccessible

incluant un appartement T4.


Il dispose des volumes extérieurs suivants :


* 2 terrasses superposées au sud des R+0 et R+1,

* Une terrasse au nord du R+1,

* Une loggia à l'ouest du R+1,

* Une terrasse périphérique autour du R+2,

* Un auvent périphérique autour de la toiture-terrasse.

Les structures et leurs revêtements seront majoritairement constitués des technologies constructives suivantes (à confirmer par le maître d'œuvre) :

Parois horizontales intérieures :


* Planchers "poutrelles-hourdis" à éléments préfabriqués composés de poutrelles en béton précontraint et d'entrevous en plastique, bois ou polystyrène (à définir par étude thermique), et à éléments exécutés sur site composés de dalles en béton armé bétonnées par-dessus, à chaînages périphériques coffrés par planelles et chevêtres de trémie coffrés en béton armé noyés dans l'épaisseur des planchers, supportant en toitures-terrasses une couche d'isolation thermique revêtue d'une membrane d’étanchéité protégée par gravillons ou autoprotégée, en terrasses accessibles une couche d'isolation thermique revêtue d'une membrane d’étanchéité recevant des plots supportant des dalles en grès cérame, recevant en intérieur un revêtement en carrelage scellé sur chape et des cloisons en plaques de plâtre cartonnées sur ossature, et suspendant en plafonds intérieurs des plaques de plâtre cartonnées revêtues de peinture.


Parois horizontales extérieures (terrasses et auvent en porte-à-faux :


* Dalles pleines en béton armé coffrées et bétonnées sur site.


Circulations verticales :


* Escaliers en béton armé à volée hélicoïdale préfabriquée.


Eléments horizontaux :


* Acrotères, garde-corps, relevés en maçonnerie armée de blocs de béton aggloméré à bancher de béton sur site et/ou en béton armé coffrés et bétonnés sur site


* Poutres en béton armé coffrées et bétonnées sur site, ou semi-préfabriquées sur site, ou en béton précontraint standardisées semi-préfabriquées en usine

retombées sous, retroussées sur, ou noyées dans l'épaisseur des planchers

recevant sur leurs faces visibles le même revêtement que les parois verticales.


Eléments verticaux :


* Poteaux en béton armé coffrés et bétonnés sur site, ou intégrés dans des "boisseaux" de maçonnerie

recevant le même revêtement que les parois verticales.


Parois verticales de façades :


* Murs en maçonnerie de blocs de briques de terre cuite creuses hourdés au mortier-colle de ciment adjuvanté prédosé en usine (à définir par étude thermique),à chaînages verticaux d'angles et intermédiaires en béton armé intégrés aux blocs.


* Linteaux en béton armé intégrés dans des blocs de maçonnerie à section en "U", ou coffrés sur site et/ou semi-préfabriqués, recevant en face extérieure un enduit en mortier de chaux-ciment ou un parement en pierre et en doublage intérieur des plaques de plâtre cartonnées sur ossature en aluminium intégrant une couche d'isolation thermique revêtues de peinture.


Parois verticales de refends :


* Murs en maçonnerie armée de blocs de béton aggloméré à bancher de béton sur site, à chaînages verticaux d'angles et intermédiaires

* Linteaux en béton armé intégrés dans des blocs de maçonnerie à section en "U", ou coffrés sur site et/ou semi-préfabriqués,

recevant un enduit en mortier de ciment revêtu de peinture.


Soubassement :


* Longrines en béton armé coffrées et bétonnées sur site, ou semi-préfabriquées sur site, ou en béton précontraint standardisées semi-préfabriquées en usine

retombées sous l'épaisseur des planchers recevant en face enterrée un enduit d'étanchéité bitumineux protégé d'une nappe drainante en polyéthylène avec un réseau périphérique de drain "routier" à tuyau en p.v.c. rigide perforé.


Fondations :


* Profondes en micropieux forés armés de tubes en acier noyés dans un coulis de ciment injecté sous pression à massifs en béton armé bétonnés en fouilles de terrassement.


D - Résidence Sun Beach à Agde


a - Existant


La parcelle est située dans un quartier de résidence de logements individuels et collectifs. Elle est bordée par 2 voies véhiculaires : une avenue au nord et une servitude à l'ouest. Et elle est entourée par des clôtures à murets grillagés.

La propriété est accessible aux véhicules et aux piétons par un portail implanté au nord-ouest contre la chaussée publique.

Le terrain présente une forme quasi-rectangulaire allongée du nord au sud, et sa topographie a une déclivité quasi-nulle. Il est naturellement végétalisé et peu arboré.


b - Projet


Le projet prévoit la construction de logements collectifs suivant :


Un bâtiment à emprise quasi-rectangulaire allongée du nord au sud, implanté au centre de la propriété et qui ne présente pas de mitoyenneté.


Il est principalement composé de 2 volumes intérieurs articulés autour de 2 cages d'escalier et d'ascenseur :


* Un niveau R+0 (rez-de-chaussée) qui occupe la moitié de l'emprise du bâtiment au sud incluant un appartement T2 et un sas d'entrée commune.

* 2 niveaux en R+1 et R+2 (étages) sous toiture-terrasse inaccessible incluant chacun un appartement T3.


Il possède les volumes extérieurs suivants :


* Un parc de stationnement au nord.

* 2 niveaux de terrasses accessibles depuis les étages au sud.

* Une toiture-terrasse inaccessible qui longe la façade ouest du 2ème étage.

* Un auvent qui prolonge la toiture-terrasse au sud.


Les abords du bâtiment sont constitués de divers ouvrages :


* Le prolongement du parc de stationnement au nord et à l'ouest.

* Un jardin peu arboré au sud.

* Une voie véhiculaire privée de servitude à l'est.


Un emplacement pour ordures ménagères est implanté au nord-est contre la chaussée.

Une rampe implantée contre le portail existant permet aux véhicules d'accéder au parc depuis la chaussée.

Les clôtures existantes sont conservées.

Les structures et leurs revêtements seront majoritairement constitués des technologies constructives suivantes (à confirmer par le maître d'œuvre) :

Parois horizontales


* Planchers "poutrelles-hourdis" à éléments préfabriqués composés de poutrelles en béton précontraint et d'entrevous en plastique, bois ou polystyrène (à définir par étude thermique), et à éléments exécutés sur site composés de dalles en béton armé bétonnées par-dessus, à chaînages périphériques coffrés par planelles et chevêtres de trémie coffrés en béton armé noyés dans l'épaisseur des planchers, supportant en toitures-terrasses une couche d'isolation thermique revêtue d'une membrane d’étanchéité protégée par gravillons ou autoprotégée, en terrasses accessibles une couche d'isolation thermique revêtue d'une membrane d’étanchéité recevant des plots supportant des dalles en grès cérame, recevant en intérieur un revêtement en carrelage scellé sur chape, et suspendant en plafonds intérieurs des plaques de plâtre cartonnées revêtues de peinture.

* Porte-à-faux de terrasses et auvent en dalles pleines en béton armé coffrées et bétonnées sur site.


Circulations verticales


* Escaliers à volée hélicoïdale avec paillasses et marches en béton armé préfabriquées.


Eléments horizontaux


* Acrotères, garde-corps, relevés en maçonnerie armée de blocs de béton aggloméré à bancher de béton sur site et/ou en béton armé coffrés et bétonnés sur site.

* Poutres en béton armé coffrées et bétonnées sur site, ou semi-préfabriquées sur site, ou en béton précontraint standardisées semi-préfabriquées en usine retombées sous, retroussées sur, ou noyées dans l'épaisseur des planchers recevant sur leurs faces visibles le même revêtement que les parois verticales.


Eléments verticaux


* Poteaux en béton armé coffrés et bétonnés sur site, ou intégrés dans des "boisseaux" de maçonnerie recevant le même revêtement que les parois verticales.


Parois verticales de façades


* Murs en maçonnerie de blocs de béton aggloméré creux hourdés au mortier courant de ciment gâché sur site ou murs en maçonnerie de blocs de briques de terre cuite creuses hourdés au mortier-colle de ciment adjuvanté prédosé en usine (à définir par étude thermique), à chaînages verticaux d'angles et intermédiaires en béton armé intégrés aux blocs.

* Linteaux en béton armé intégrés dans des blocs de maçonnerie à section en "U", ou coffrés sur site et/ou semi-préfabriqués, recevant en face extérieure un enduit en mortier de chaux-ciment ou un parement en pierre et en doublage intérieur des plaques de plâtre cartonnées sur ossature en aluminium intégrant une couche d'isolation thermique revêtues de peinture.


Parois verticales de refends

* Murs en maçonnerie de blocs de béton aggloméré creux hourdés au mortier courant de ciment gâché sur site ou pré-dosé en usine, à chaînages verticaux d'angles et intermédiaires en béton armé intégrés aux blocs.

* Linteaux en béton armé intégrés dans des blocs de maçonnerie à section en "U", ou coffrés sur site et/ou semi-préfabriqués, recevant un enduit en mortier de ciment revêtu de peinture. (Les cloisons sont en plaques de plâtre cartonnées sur ossature aluminium).


Soubassement (dans le cas de fondations profondes)


* Longrines en béton armé coffrées et bétonnées sur site, ou semi-préfabriquées sur site, ou en béton précontraint standardisées semi-préfabriquées en usine retombées sous l'épaisseur des planchers recevant en face enterrée un enduit d'étanchéité bitumineux protégé d'une nappe drainante en polyéthylène avec un réseau périphérique de drain "routier" à tuyau en p.v.c. rigide perforé.


Fondations


* Superficielles en radier en béton armé sur substitution de sols en graves non traitées compactées sur géotextile anti-contaminant posé sur plate-forme de terrassement.

Ou

* Profondes en micropieux forés armés de tubes en acier noyés dans un coulis de ciment injecté sous pression à massifs en béton armé bétonnés en fouilles de terrassement.



E - Résidence CarlaBay à Saint-François - Guadeloup



a - Existant


Le terrain a une déclivité quasi-nulle.


b - Projet


Le projet prévoit la construction d'un immeuble de logements collectifs qui présente 1 mitoyenneté en façade est avec un bâtiment existant.

L'édifice présente une forme au sol trapézoïdale et une géométrie transversale élancée.

L'immeuble est principalement composé d'un bâtiment sur terre-plein avec 4 niveaux en rez-de-chaussée, 1er, 2ème et 3ème étage, sous toiture bipentes, incluant des commerces en rez-de-chaussée et des logements en étages articulés autour d'une cage d'escalier (sans ascenseur).

Les structures et leurs revêtements seront majoritairement constitués des technologies constructives suivantes.


Parois horizontales

* Dalles pleines en béton armé coffrées et bétonnées sur site, ou à éléments préfabriqués composés de prédalles fabriquées sur site ou en usine et à éléments exécutés sur site composés de dalles en béton armé bétonnées par-dessus, à chaînages périphériques et chevêtres de trémie en béton armé noyés dans l'épaisseur des planchers, supportant une couche d'isolation thermique revêtue d'une membrane d’étanchéité bitumineuse protégée d'une couche de gravillons en toitures et un revêtement en carrelage scellé sur chape en intérieur, et suspendant des réseaux et des plaques de plâtre cartonnées revêtues de peinture en plafonds.


Circulations verticales

* Escaliers à volées balancées avec paillasse et marches en béton armé préfabriquées en usine.


Eléments horizontaux

* Garde-corps en en béton armés coffrés et bétonnés sur site.

* Poutres en béton armé coffrées et bétonnées sur site, ou semi-préfabriquées sur site, ou en béton précontraint standardisées semi-préfabriquées en usine retombées sous, retroussées sur, ou noyées dans l'épaisseur des planchers, recevant le même revêtement que les parois verticales.


Eléments verticaux

* Poteaux en béton armé coffrés et bétonnés sur site, recevant le même revêtement que les parois verticales.


Parois verticales de façades et de refends

* Voiles en béton armés coffrés et bétonnés sur site, ou à peaux extérieures armées et assemblées en usine à bancher de béton sur site, à chaînages verticaux d'angles et intermédiaires, et linteaux, recevant un enduit en mortier de chaux-ciment en face extérieure de façades, des plaques de plâtre cartonnées sur ossature aluminium intégrant une isolation en laine de roche ou de verre ou des panneaux de plaques de plâtre cartonnées sur isolation en polystyrène expansé collés au mortier de plâtre résiné et revêtus de peinture en doublage intérieur de façades, revêtus de peinture en refends, et recevant un enduit d'imperméabilisation bitumineux protégé d'une nappe drainante en polyéthylène en face enterrée.

(Les cloisons sont en plaques de plâtre cartonnées sur ossature aluminium.)


Fondations

* Radier en béton armé bétonné sur terre-plein, à chaînages périphériques noyés dans son épaisseur.

* Longrines béton armé coffrées et bétonnées sur site, ou semi-préfabriquées sur site, ou en béton précontraint standardisées semi-préfabriquées en usine

* Retombées sous l'épaisseur des planchers.


2 - Réhabilitation


A- Demeure Massena




a - Existant


La parcelle est bordée par 2 voies publiques à l'ouest (boulevard) et au nord (rue), d'autres immeubles à l'est et une serre au sud. Le terrain a une déclivité quasi-nulle. Il est accessible depuis les chaussées par des portes d'entrées piétonnes.

Un immeuble ancien occupe la totalité de la propriété et présente des mitoyennetés avec les immeubles voisins. Sa géométrie est élancée sur 6 niveaux en cave, rez-de-chaussée, 3 étages, attique et édicules, avec toitures multi-pentes.

Les structures et leurs revêtements sont majoritairement constitués des technologies constructives suivantes (à confirmer et/ou compléter par l'étude de diagnostic) :


Toitures :


* Charpentes traditionnelles en pannes en bois, recevant une couverture de tuiles "canal" en terre cuite ou en ardoise de pierres "froides".


Parois horizontales hautes :


* Planchers "poutrelles-hourdis" à éléments préfabriqués composés d'entrevous en terre cuite, et à éléments exécutés sur site composés de poutrelles en acier et de dalles en béton armé bétonnées par dessus, à chaînages périphériques et chevêtres de trémie en béton armé noyés dans l'épaisseur des planchers, supportant un revêtement en carrelage scellé sur chape et des cloisons en blocs de briques de terre cuite creuses qui reçoivent un enduit de plâtre, et suspendant des faux-plafonds en lattes de bois recevant un enduit de plâtre lissé et des couches de peinture.


Circulations verticales :


* Escaliers à volées balancées avec paillasse et marches en béton armé coffrées et bétonnées sur site ou préfabriquées en usine.


Parois horizontales basses :


* Dallages en béton armé bétonnés sur graves non traitées compactées, supportant un revêtement en carrelage scellé sur chape ou laissées nues.


Eléments horizontaux :


* Acrotères en maçonnerie de blocs de briques de terre cuite creuses

recevant un enduit en mortier de chaux-ciment.

* Poutres en bois retombées sous l'épaisseur des planchers.


Eléments verticaux :


* Poteaux en béton armé intégrés dans des "boisseaux" de maçonnerie, ou isolés.


Parois verticales :


* Murs de façades en maçonnerie de blocs de pierres de taille hourdés au mortier courant de chaux-ciment gâché sur site.

* Murs de refends en maçonnerie de blocs de béton aggloméré creux ou de briques de terre cuite creuses, hourdés au mortier courant de ciment gâché sur site ou prédosé en usine, à chaînages verticaux d'angles et intermédiaires en béton armé intégrés aux blocs.

* Linteaux en béton armé coffrés et bétonnés sur site, ou semi-préfabriqués en "pré-linteaux" en usine, ou intégrés dans des blocs de maçonnerie à section en "U".

* Chaînages horizontaux d'arase en béton armé coffrés et bétonnés sur site, ou intégrés dans des blocs de maçonnerie à section en "U", recevant un enduit en mortier ciment ou de plâtre revêtu de papier peint sur la face intérieure des façades et sur les refends.


Fondations :


* Semelles filantes en maçonnerie de blocs de pierres de "moellons" hourdés au mortier courant de chaux-ciment gâché sur site en fouilles de terrassement.


b - Projet


Le projet prévoit la démolition des parois horizontales et verticales intérieures, avec conservation des 4 façades, et la construction de 5 niveaux de logements collectifs.






Comments


bottom of page